# Flash actus

FORTE BAISSE DE LA LIVRE TURQUE : QUELLE EST LA PROCHAINE ÉTAPE ? - 13 Août 2018

L'augmentation des déficits publics et extérieurs a fait chuter la livre ces dernières années. La semaine dernière, la monnaie s’est dépréciée davantage en raison des tensions avec les États-Unis et des sanctions qui en ont découlé.

Raisons des faiblesses structurelles

Les inquiétudes des investisseurs liées à l'économie turque ne sont pas nouvelles. Les investisseurs ont signalé les faiblesses macroéconomiques depuis plusieurs trimestres et la livre turque était déjà l’une des devises les moins performantes cette année avant même que les tensions n’augmentent entre les États-Unis et la Turquie. En effet, la croissance économique impressionnante de la Turquie au cours des dernières années a été stimulée par des conditions de crédit faciles, des taux d'intérêts bas et d'importants plans de dépenses publiques. Cette dépendance à l'égard du crédit pour stimuler la croissance économique a engendré des faiblesses macroéconomiques, en creusant en particulier le double déficit. Des plans de dépenses importants ont accru le déficit public du pays, tandis que la facilité d'accès au crédit a conduit à une augmentation de la demande pour les biens et services, accroissant le déficit de la balance courante.

Cela place la Turquie dans une situation délicate: le pays repose largement sur les investisseurs étrangers pour obtenir des capitaux. De plus, les fluctuations du sentiment de marché ont eu un impact négatif sur les actifs turcs. Toutefois, ces faiblesses n’expliquent pas toute la dépréciation de la livre turque (TRY). L'environnement politique, en particulier la rhétorique du Président Erdogan, est largement à l'origine des récentes évolutions du marché. Alors que les marchés financiers, les entités supranationales et les agences de notation signalaient les vulnérabilités croissantes en Turquie, le président Erdogan a pris peu de mesures pour rassurer les marchés. Le gouvernement a en effet continué d'annoncer de nouveaux plans de dépenses et de prôner de faibles taux d'intérêt, tout en étant extrêmement critique à l'égard des marchés financiers. En outre, les craintes des investisseurs ont été exacerbées par l’influence grandissante du Président Erdogan sur les institutions publiques et les décisions de la banque centrale... Lire la suite

Vous pouvez aussi être intéréssé par

Web conférence

Web conférence

Des rendez-vous 100% bourse, à consommer chez vous !

S'inscrire
Vidéos Bourse

Vidéos Bourse

Des formats courts pour aborder ou approfondir des techniques boursières.

Découvrir